Affaire Merah : voiture localisée avec pièces à conviction

 

Affaire Merah : une voiture localisée avec de possibles pièces à conviction
Vụ Merah: một chiếc xe được tìm thấy với các vật chứng có thể kết tội

Le Monde.fr avec AFP | 29.03.2012 à 07h16 • Mis à jour le 29.03.2012 à 11h30

Les fenêtres de l'appartement de Mohamed Merah, rue du Sergent-Vigné à Toulouse, ont été condamnées.

Les fenêtres de l’appartement de Mohamed Merah, rue du Sergent-Vigné à Toulouse, ont été condamnées (niêm phong cấm vào, cấm mở cửa). | Reuters/JEAN-PHILIPPE ARLES

Les obsèques (tang lễ, funérailles) du djihadiste et septuple assassin (kẻ giết 7 người) Mohamed Merah auront lieu en France “dans les 24 heures” après un refus (từ chối) d’Alger d’accueillir son corps “pour des raisons de sécurité”, a annoncé (đã thông báo) jeudi 29 mars un responsable religieux (một viên chức phụ trách về tôn giáo). “J’ai été chargé par la famille d’organiser les funérailles dans les 24 heures en France en accord avec (với sự chấp thuận của) les autorités parce que l’Algérie a refusé d’accueillir le corps de Mohamed Merah en invoquant (nêu ra) des raisons de sécurité”, a déclaré Abdallah Zekri, représentant du recteur de la Grande mosquée (đại diện của trưởng Đại Thánh đường) de Paris. Selon le quotidien algérien francophone  (tờ báo hàng ngày viết bằng tiếng Pháo) Liberté, le problème est que “Mohamed, contrairement à ses autres frères, n’a pas la double nationalité et n’est, donc, pas inscrit au consulat (có đăng ký với lãnh sự ) algérien de Toulouse.” C’est dans cette ville, où il vivait, qu’il devrait être inhumé (chôn cất). “Je pense que ce sera à Toulouse, dans le carré musulman (khuôn viên Hồi giáo) du cimetière de Cornebarrieu”, a indiqué M. Zekri.

Des informations contradictoires (các thông tin trái ngược) avaient circulé (râm ran) ces derniers jours. Un proche de la famille Merah, sous couvert de l’anonymat, avait affirmé que la dépouille (thi hài) du tueur était attendue jeudi en début d’après-midi (đầu chiều thứ năm) à Alger, en provenance de Toulouse, où elle devait être embarquée sur un vol régulier d’Air Algérie. La compagnie aérienne avait démenti (bác bỏ) cette information. Sur le site du journal Liberté, on apprenait tôt jeudi matin (sáng sớm thứ năm) : “Le vol Toulouse-Alger d’Air Algérie ne transportera aucune dépouille. L’information provient d’une source proche de la direction (thân cận với ban lãnh đạo của) de la compagnie aérienne (hãng hàng không). Le consulat d’Algérie (lãnh sự Algêri)  à Toulouse a refusé mercredi de donner une autorisation pour l‘inhumation (việc chôn cất) de Mohamed Merah en terre algérienne.” La même information était donnée jeudi par le site d’informations TSA.

UNE VOITURE LOCALISÉE

La police a localisé, mercredi dans un village de l’Aude, une voiture dans laquelle se trouveraient un casque (mũ bảo hiểm) et des pièces de carénage (các bộ phận cánh lướt) d’un scooter semblable à celui utilisé par Mohamed Merah pour commettre ses tueries, a-t-on appris de source proche de (thân cận với) l’enquête. La voiture, une Renault Clio immatriculée (đăng ký; đăng bộ) dans le département (Phòng giao thông) de la Haute-Garonne, appartiendrait à un homme domicilié à (cư ngụ) la même adresse que le tueur à Toulouse, a indiqué cette source, confirmant (khớp với) des informations sur le site du quotidien régional Midi libre.

Le véhicule a été repérée (được sửa chữa) à Saint-Papoul, où des habitants se sont étonnés de la voir stationner plusieurs jours sans bouger (không nhúc nhích, không di chuyển). A l’intérieur se trouveraient un casque et des éléments de carrosserie d’un Yamaha T Max, le type de puissant scooter employé par Mohamed Merah pour assassiner trois enfants et un enseignant juifs et trois parachutistes entre le 11 et le 19 mars.

LA PISTE DU TROISIÈME HOMME – DẤU TÍCH CỦA NHÂN VẬT THỨ BA

Dans ses négociations (thương lượng) avec les policiers quand il était retranché chez lui avant d’être tué par les hommes du RAID au cours d’un échange de tirs (bắn súng qua lại) le 22 mars, Mohamed Merah avait indiqué où retrouver le scooter, volé début mars (hồi đầu tháng ba). Mais la découverte faite à Saint-Papoul pourrait (có khả năng) expliquer pourquoi un scooter de couleurs différentes était apparu sur les trois scènes de crime, si le carénage (phần bọc trang trí) a été modifié.

L’enquête de police se poursuit à la recherche d’éventuels complices (đồng phạm có thể có) de Merah. “La piste d’un troisième complice tend à se confirmer”, écrit Le Parisien jeudi. “C’est de la bouche même d’Abdelkader Merah, le frère aîné de Mohamed […], que les enquêteurs de la police judiciaire (cảnh sát tư pháp) de Bordeaux (Gironde) et de la sous-direction antiterroriste (SDAT) l’ont appris.”

Abdelkader Merah, détenu (bắt giữ) depuis dimanche à Fresnes, a indiqué aux policiers que le vol du scooter (đánh cắp chiếc xe xcuttơ) a été commis en compagnie de Mohamed et d’un autre homme. “Il n’a pas voulu préciser (nêu rõ) le nom de cet homme, relate (thuật lại) une source judiciaire. Et il n’a pas donné d’éléments supplémentaires pour permettre de le localiser (xác định nơi ở) ou de l’identifier.(xác định danh tính). Cette personne est très activement recherchée (hiện nay cảnh sát đang tích cực truy tìm người này)”, ajoute Le Parisien.

LE PÈRE POURSUIT LE RAID – NGƯỜI CHA TIẾP TỤC KIỆN ĐẶC NHIỆM  RAID

Le père de Mohamed Merah a par ailleurs chargé une avocate (giao cho một luật sư) d’Alger de poursuivre le RAID, unité spéciale de la police (đơn vị cảnh sát đặc biệt ) française , pour n’avoir pas respecté la procédure pendant la tentative d’interpellation (kêu gọi ra trình diện) de son fils, qui a conduit à son “assassinat”. “M. Merah considère que son fils a été assassiné. Il nous a chargés de (giao cho .. để) porter plainte contre les services de sécurité français, a indiqué à l’AFP Me Zahia Mokhtari. Nous commencerons la procédure (tiến hành thủ tục khởi kiện) dès l’enterrement achevé (ngay sau khi chôn cất xong)”, a-t-elle poursuivi.

Une surveillance plus étroite aurait été contraire aux liberté, selon François Fillon

“Une surveillance plus étroite aurait été contraire aux libertés individuelles : Mohamed Merah a été surveillé pendant plusieurs mois, il a été écouté avec l’autorisation, comme la loi le prévoit, d’une commission [Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité]”, a rappelé, jeudi, François Fillon, sur France Inter.

“Ces écoutes n’ont absolument rien donné: on a écouté Mohamed Merah, on a écouté sa famille et pendant plusieurs mois, aucun élément permettant de penser que Mohamed Merah était dangereux n’a été décelé dans ces écoutes et donc naturellemnt, il a été mis fin à ces écoutes”, a-t-il ajouté.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: